Philip Cordery

Menu

Mots clés

Appel à une reconnaissance d’un Etat souverain

Article mis en ligne le 28 novembre 2014 dans À l'Assemblée nationale.

Capture-decran-2014-12-01-a-18.05.51.png

Le 28 novembre, l’Assemblée nationale a vécu un moment fort de sa législature avec la proposition de renaissance de l’Etat de Palestine.

Je suis fier d’avoir pu participer à ce débat et que le Parlement français se saisisse de ce sujet international, après les parlements britannique, suédois et espagnol et avant le parlement belge pour proposer la reconnaissance de la Palestine comme un Etat souverain. C’est un pas de plus vers la paix et la coexistence pacifique de ces deux Etats. Après les terribles événements de cet été, je ne pense pas que la paix doive être un préalable à cette reconnaissance. Comme l’a indiqué le ministre des affaires étrangères Laurent Fabius à la tribune,  « cette reconnaissance n’est pas un passe-droit, mais un droit ». Cette reconnaissance doit aller de pair avec les négociations pour le processus de paix.

Cette position s’inscrit dans celle portée par François Mitterrand à la tribune de la Knesset en 1982, sur la reconnaissance des droits fondamentaux de chaque partie : l’existence de l’État d’Israël vivant en paix et en sécurité à côté d’un État palestinien viable, souverain et digne.

Les frontières de cet Etat doivent être celles acceptées par l’ONU en 1967 avec Jerusalem pour capitale des deux Etats.

Cette résolution qui doit être adoptée le 2 décembre sera ensuite proposée à Federica Mogherini, Haute représentante pour l’Union européenne pour les affaires étrangères et la défense afin que l’Union porte cette reconnaissance.

Lire aussi : 

la proposition de résolution

le discours de Bruni Leroux

le discours de Laurent Fabius

Source image : lexpress.fr