Philip Cordery

Menu

Mots clés

Journée noire à l’Office européen des brevets (OEB / European Patent Office)

Article mis en ligne le 19 janvier 2016 dans Blog,En circonscription.

OEB2

La gestion antisociale de l’OEB, conduite par son président M. Batistelli, a atteint aujourd’hui des nouveaux sommets. Des sanctions sans précédent ont été prononcées à l’encontre de trois représentants du personnel : la présidente de Suepo Munich licenciée avec en prime une réduction de 20% de ses droits à la retraite ; l’ancien président de cette même organisation, licencié ; son trésorier rétrogradé de 8 échelons, ce qui équivaut à perdre 15 ans de travail. Motif ? Avoir daigné publiquement représenter leurs collègues pour tenter de défendre leurs droits.

Ces décisions autoritaires et arbitraires sont purement scandaleuses. Les droits les plus élémentaires des salariés, en vigueur dans tous les pays d’Europe, sont bafoués au sein de l’OEB sans qu’aucune juridiction nationale ou internationale ne puisse agir. Immunité n’est pas synonyme d’impunité.

Depuis de trop nombreuses années, la situation sociale de cette organisation se dégrade. Trop c’est trop. L’ensemble des États membres doit agir et vite, à l’instar de la France qui a à plusieurs reprises demandé un audit social. J’ai de nouveau saisi le gouvernement en ce sens. Il faut d’urgence mettre un terme à l’arbitraire et refaire vivre cette organisation si importante pour l’Europe toute entière.

Je veux assurer tout le personnel, et notamment ses représentants, de mon soutien plein et entier. Nous restons vigilants et agirons avec tous nos moyens jusqu’à ce que la démocratie et la justice retrouvent leurs droits au sein de l’Office.

Le 27 janvier, j’étais à La Haye pour apporter mon soutien et ma solidarité aux salariés de l’Office européen des Brevets qui subissent depuis trop longtemps une gestion autoritaire et arbitraire. La semaine précédente, deux représentants du personnels ont été licenciés. Il faut que ça cesse. Immunité ne veut pas dire impunité.