Philip Cordery

Menu

Mots clés

Maintenir les subventions versées aux organismes locaux d’entraide et de solidarité : une nécessité

Article mis en ligne le 24 juin 2016 dans Blog,En circonscription,Newsletter.

J’ai pris connaissance, en juin, que le gouvernement avait gelé, de manière temporaire, les crédits dédiés aux organismes locaux d’entraide et de solidarité (OLES) dans le cadre du programme 151 « Français à l’étranger et affaires consulaires » de la mission « Action extérieure de l’État ».
Les OLES sont des associations, telles que les entraides ou les sociétés de bienfaisance, qui apportent une aide financière ponctuelle ou un soutien moral non négligeable aux Français qui sont dans une situation difficile.

L’Etat a fait un arbitrage difficile dans la période budgétaire actuelle tendue ; celui de suspendre les crédits de l’action sociale à l’étranger pour permettre le financement des dépenses relatives au plan d’urgence pour l’emploi.

Si, je comprends la nécessité d’effectuer des réajustements budgétaires, il me semble indispensable que les OLES restent soutenus financièrement par notre gouvernement. En effet, leurs actions, qui reposent pour une grande partie sur l’implication de bénévoles, sont essentielles à la bonne cohésion de la communauté française à l’étranger.

C’est pourquoi, j’ai tout de suite appelé Matthias Fekl, le Secrétaire d’Etat aux Français de l’étranger pour que cette décision soit reconsidérée. Le Ministère a immédiatement dégelé des crédits à la hauteur de 200 000 euros pour les OLES. Je me félicite de cette décision qui permet de réaffirmer l’importance accordée par le gouvernement à l’action sociale et aux Français établis hors de France.