Philip Cordery

Menu

Mots clés

Esch-Belval : symbole d’une coopération transfrontalière réussie

Article mis en ligne le 23 mars 2017 dans Blog,Newsletter.

J’ai eu le plaisir d’accueillir les 15 et 16 mars dernier, la 20ème  assemblée générale de la Mission opérationnelle transfrontalière (MOT), dont je suis vice-président. Cette mission regroupe des acteurs de terrain de différentes régions françaises avec lesquelles le groupe d’études sur les questions transfrontalières de l’Assemblée nationale travaille régulièrement.

Cette journée a été l’occasion pour les acteurs présents de mieux appréhender les différents aspects d’une coopération transfrontalière réussie. Le site d’Esch–sur-Alzette-Belval, situé à la frontière entre la France et le Luxembourg a pendant près d’un siècle été le poumon industriel de la région avec une production importante de charbon et d’acier. La désindustrialisation a frappé sévèrement la région comme beaucoup d’autres, mais la volonté politique transfrontalière a permis de mieux gérer la transition industrielle.

Le 8 mars 2013, l’Etat luxembourgeois et quatre de ses communes ainsi que l’Etat français et quatre de ses municipalités ont mis en place le Groupement Européen de coopération territoriale (GECT) Alzette-Belval. L’une des missions principales du GECT a été de faciliter et d’accroître la coopération entre les acteurs du territoire de sphères publique et privé afin de développer une agglomération transfrontalière durable et inclusive.

Les sites des deux côtés de la frontière ont ainsi connu des développements liés à cette réalité transfrontalière. C’est probablement au Luxembourg que les transformations ont été les plus importantes, avec notamment l’implantation – à hauteur des anciens fourneaux de l’Arbed – de l’université, de la maison des savoirs, d’un incubateur et d’un tout nouveau quartier avec commerces, écoles et logements neufs, à proximité du parc de Belval.

Du côté français, après un démarrage poussif, l’engagement pris par le président de la République lors de sa visite en mars 2015 a permis d’accélérer la mise en œuvre du chantier, avec à terme la construction de bureaux, logements, et activités tertiaires

Sinistrées il y a encore quelques années, les friches industrielles sont aujourd’hui un bel exemple d’une coopération transfrontalière réussie entre nos deux pays et je suis toujours très impressionné par les transformations rapides survenues à chacune de mes visites.